Wiki Créer votre mythologie
Advertisement


Athéna (en attique Ἀθηνᾶ / Athênâ ou en ionien Ἀθήνη / Athếnê) est une déesse de la mythologie grecque, identifiée à Minerve chez les Romains. Elle est également appelée « Pallas Athéna ». Elle est la déesse de la sagesse, de la stratégie militaire, des artisans, des artistes et des maîtres d'école mais aussi la déesse protectrice de la ville d'Athène.

Étymologie[]

Le nom d’Athéna, attesté en mycénien, n'a pas d'étymologie certaine. Une hypothèse est donnée par le philosophe grec Platon. Dans le Cratyle, celui-ci avance une autre explication originale du nom Athéna : Dans cet extrait, Platon reprend les mots d’un autre philosophe, Socrate, pour qui il est possible de nommer les choses au travers de leur nature. Athéna aurait été nommée ainsi car elle serait la personnification de l'intelligence parmi les dieux. Selon d’autres sources, l'origine de son nom, viendrait de la racine indo-européenne ath- qui signifierait « tête » ou « sommet », car née de la tête de Zeus.

Naissance[]

Athéna est la fille de Zeus et de Métis (une Océanide), déesse de la raison, de la prudence, de la stratégie militaire et de la sagesse. Ouranos, le Ciel étoilé, prévient Zeus qu'un fils né de Métis lui prendrait son trône (car il est le roi des dieux). Par conséquent, dès qu'il apprend que Métis est enceinte, Zeus prend le parti de l'avaler. Mais quelques mois plus tard, il ressent de terribles maux de tête sur les bords du lac Triton. Il demande alors à Héphaïstos de lui ouvrir le crâne d'un coup de hache, pour le libérer de ce mal : c'est ainsi qu'Athéna jaillit, brandissant sa lance et son bouclier, de la tête de Zeus, en poussant un puissant cri de guerre. Par la suite, Athéna est considérée comme la fille préféré de Zeus.

Rôles[]

Poussée par Héra, on la fait participer au complot visant à ligoter Zeus pour son orgueil. Héra et elle sont elles-mêmes sanctionnées et ligotées à leur tour par Zeus, tandis que les autres comploteurs, Poséidon et Apollon, sont contraints de travailler pour le roi Laomédon et bâtir le mur de Troie.

Protectrice d'Athènes[]

Selon la légende de Cécrops, Athéna et Poséidon se sont disputé la possession de l'Attique. Ils choisissent comme arbitre Cécrops, le premier roi du territoire. Poséidon frappe l'Acropole de son trident et en fait jaillir un étalon noir invincible au combat, ou dans d'autres légendes, une source d'eau salée. Athéna, elle, offre un olivier symbolisant la sagesse. Cécrops juge le présent de la déesse bien plus utile pour son peuple, et c'est elle qui devient protectrice d'Athènes. Selon Varron, Cécrops demande aux habitants d'Athènes (les femmes comprises) de choisir eux-mêmes leur protecteur. Les hommes préfèrent le cheval, susceptible de leur apporter la victoire dans la bataille. Les femmes quant à elles préfèrent l'olivier. Les femmes, plus nombreuses d'une voix, font pencher la balance en faveur d'Athéna. Furieux, Poséidon submerge l'Attique sous les flots. Pour apaiser sa colère, les Athéniens doivent imposer aux femmes trois punitions : elles n'auront plus le droit de vote ; aucun enfant ne portera le nom de sa mère ; et, enfin, elles ne seront plus appelées Athéniennes. Par la suite, Athéna élève un autre roi mythique, Érichthonios. Il lui dresse l'Érechthéion, le plus ancien sanctuaire de l'Acropole, dont les premières prêtresses ne sont autres que les filles de Cécrops, Aglaure, Pandrose et Hersé, c'est-à-dire respectivement le beau temps, la rosée et la pluie, tous trois dons d'Athéna. Il crée également en son honneur les Panathénées, destinées à fêter l'anniversaire de la déesse, la plus grande fête religieuse d'Athènes. En tant que divinité civilisatrice, les Athéniens la vénèrent également pour leur avoir appris à utiliser l'araire, et l'attelage des bœufs. Au total, Athéna est la divinité poliade (Πολιάς / Poliás, « protectrice de la cité ») d'Athènes, et c'est ainsi qu'on la retrouve sur les monnaies de cette ville. Athéna est, comme Hestia, vierge, et tient beaucoup à sa virginité ; elle fut donc surnommée Parthénos (jeune fille) d'où le nom du grand monument d'Athènes sur l'Acropole, le Parthénon.

Conseillère des héros[]

Comme Hermès, son demi-frère, Athéna se charge souvent de protéger les héros. Elle et Héra sont les deux alliées de Jason et des Argonautes dans leur quête de la toison d'or relatée dans les épopées des Argonautiques (la plus ancienne conservée étant les Argonautiques d'Apollonios de Rhodes qui date du iiie siècle av. J.-C.). Athéna conseille les Argonautes par l'intermédiaire de la figure de proue de l’Argo. Dans le mythe de la guerre de Troie relaté par le cycle troyen, Athéna fait partie des trois déesses qui convoitent la pomme d'or d'Éris (la Discorde), mais Pâris remet la pomme à Aphrodite lors de son jugement du mont Ida. Au cours de la guerre de Troie, Athéna prend parti pour les Achéens contre les Troyens. Elle protège tout particulièrement Diomède. Après la guerre, elle protège Ulysse et surtout Télémaque, sous les traits de Mentor. Elle apaise la colère des Érinyes et fait acquitter Oreste par l'Aréopage. Athéna aide également Persée à tuer Méduse, dont la tête coupée orne ensuite son égide. C'est elle qui conseille Cadmos, le fondateur de Thèbes, lui enjoignant de tuer le dragon puis de semer ses dents pour susciter une armée hors de terre. Elle indique à Bellérophon comment dompter Pégase. Athéna aide parfois Héraclès (Hercule) à accomplir ses douze travaux.

Déesse de la Guerre, de la Pensée, des Armes et de la Sagesse[]

Il peut sembler étrange que la déesse de la Sagesse naisse en armes et soit également la déesse du Combat. Pourtant, ses épiclèses le montrent : elle est Athéna Πρόμαχος / Prómakhos, celle qui combat au premier rang, ou encore Athéna Νίκη / Níkê, déesse de la Victoire — bien des représentations la montrent d'ailleurs tenant Nikê, personnification de la Victoire, dans la main, tout comme c'est le cas de Zeus. L’Hymne homérique à Athéna indique ainsi : Ce sont ses conseils qui guident les dieux lors de la Gigantomachie. Selon certaines traditions, c'est au cours de cet affrontement qu'elle tue elle-même le Géant Pallas, dont elle utilisera la peau comme armure, et, parfois, orne ses épaules des ailes du géant vaincu. Ceci lui aurait valu son nom de « Pallas Athéna ». Il n'est pas anodin que les sages grecs aient revêtu Athéna d'attributs guerriers : la guerre est omniprésente dans le monde des cités grecques ; la sagesse implique que la cité soit protégée non seulement spirituellement, mais aussi physiquement. Athéna, par son côté guerrier représente davantage l'art de bien se protéger et de prévoir les combats à venir, que l'art du combat lui-même, incarné par Arès dans sa sauvagerie meurtrière. Athéna incarne l'aspect plus ordonné de la guerre, la guerre qui obéit à des règles, celle qui se fait en certains lieux, à certaines périodes, et entre les citoyens.

Patronne des artisans et des techniques[]

Enfin, Athéna est une déesse civilisatrice, comme nous l'avons vu à Athènes, qui la vénère entre autres pour le don de techniques agricoles. C'est elle toujours qui montre à Érichthonios comment fabriquer un char, et à Danaos, à Rhodes, comment concevoir un navire à cinquante rames — son rôle est similaire dans la légende des Argonautes, c'est elle qui montre comment construire l’Argo. Elle est la protectrice des artisans et des travailleurs sous son épithète d'Ἐργάνη / Ergánê, « la travailleuse ». Tout ce qui est filé ou cousu est de son domaine, comme le montre par ailleurs la fable d'Arachnée.

Athéna et Arachné[]

Arachné était une jeune Lydienne qui s’était fait connaître pour ses talents de fileuse. La qualité de ses toiles forçait l’admiration de tous, à tel point que certains se demandaient si elle n’était pas l’élève d’Athéna. « Qu’elle vienne se mesurer avec moi » déclara Arachné. Intriguée par la réputation grandissante d’Arachné, Athéna se déguisa en vieille femme et décida de lui rendre visite. Elle demanda à Arachné de rester modeste et de ne pas offenser une déesse. Refusant d’écouter ce conseil, Arachné lui affirma qu’elle était la meilleure tisseuse du monde et qu’elle était prête à défier n’importe qui. Athéna abandonna alors ses traits de vieille femme et révéla à Arachné qui elle était réellement. Nullement intimidée, Arachné lui proposa alors de se mesurer à elle dans un concours de tissage. Athéna accepta. Arachné réalisa une toile représentant les fautes commises par les dieux, comme les amours de Zeus, tandis qu’Athéna représenta l’assemblée des Dieux sur l’Olympe assistant à l’invention de l’olivier. Lorsqu’elle se rendit compte que la tapisserie d’ Arachné dépassait de loin la sienne, la déesse explosa de rage. Elle déchira la toile d’Arachné et la frappa. Dévastée, Arachné se pendit avec un lacet. Prenant pitié pour elle, la déesse décida alors de la transformer en araignée afin qu’elle puisse continuer à tisser sa toile pour l’éternité.

Épithètes, attributs et sanctuaires[]

Statue de la Pallas Athéna de Velletri au Louvre

37fa542e35e5f05647fa93d22ce44c79.jpg
  • Épithètes homériques :
  • aux yeux pers, gris, brillants, ou aux yeux de chouette selon les traductions (γλαυκῶπις / glaukỗpis),
  • de bon conseil (πολύϐουλος / polúboulos),
  • fille de Zeus porte-égide (θυγάτηρ Διὸς αἰγιόχοιο / thugáter Diòs aigiókhoio).
  • fille de Zeus qui amène du butin (Διὸς θυγατὴρ ἀγελείη / Diòs thugatềr ageleíê)
  • Épiclèses :
    • Pallas (Παλλάς / Pallás) : déesse de la sagesse, protectrice des arts et des sciences,
    • Niké (Νίκη / Níkê) : la victorieuse, celle qui apporte la victoire
    • Parthénos (Παρθένος / Parthénos) : la vierge
    • Pronoia (Πρoνοια / Prònoia) : la prévoyante
    • Tritogénie (Τριτογένεια / Tritogéneia) : celle qui fait trembler les méchants
    • Atrytoné (Ἀτρυτώνης / Atrutốnês) : l’« infatigable », l’« Invincible » ,
    • l'Alalcomènes (Ἀλαλκομενηίς / Alalkomenêís)
  • Attributs : l'égide, l'olivier, la lance, le casque, le Gorgonéion
  • Animal favori : la chouette chevêche.
Advertisement